lundi 31 mars 2014

C'est lundi, que lisez-vous #47


"C'est lundi que lisez-vous ?" est un rendez-vous livresque à l'origine initié par Mallou, aujourd'hui repris par Galleane, du blog : Le blog de Galleane.

Le principe est simple, il suffit de répondre à 3 questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?
Personnellement, je ne répondrai qu'aux deux premières questions car je ne sais jamais à l'avance quel livre je vais lire. Cela dépend toujours de mon état d'esprit après en avoir terminé un. ^^
Il y aura aussi le lien de la chronique du livre si elle est déjà faite, donc n'hésitez pas à cliquer pour découvrir ces oeuvres.

1. Cette semaine j'ai terminé : 

Le livre de la jungle de R. Kipling
Sympathique.

Les insoumis, tome 1 de Alexandra Bracken
J'ai passé un très bon moment !

 


2. Et là je suis en train de lire : 

Les Vivants, tome 1 de Matt de la Peña
Je débute, mais jusqu'ici j'apprécie l'écriture de l'auteur.



Le clan Mallaig, tome 1 : L'hermine de Diane Lacombe
Une lecture jusqu'ici très sympathique !



Et vous que lisez-vous ?

lundi 24 mars 2014

C'est lundi, que lisez-vous #46


"C'est lundi que lisez-vous ?" est un rendez-vous livresque à l'origine initié par Mallou, aujourd'hui repris par Galleane, du blog : Le blog de Galleane.

Le principe est simple, il suffit de répondre à 3 questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?
Personnellement, je ne répondrai qu'aux deux premières questions car je ne sais jamais à l'avance quel livre je vais lire. Cela dépend toujours de mon état d'esprit après en avoir terminé un. ^^
Il y aura aussi le lien de la chronique du livre si elle est déjà faite, donc n'hésitez pas à cliquer pour découvrir ces oeuvres.

1. Cette semaine j'ai terminé : 

Les 100 de Kass Morgan
Bof, bof... Je me suis ennuyée. Je m'attendais à mieux.
Pour retrouver la chronique, on clique sur l'image :
 

Les enfants de Walpurgis - Saisons Païennes anthologie des Éditions du Chat Noir.
Lecture dans le cadre de la LC avec Les découvertes de Dawn.
L'étincelle en moi de Vanessa Terral et Éclosion d'Angélique Ferreira
J'ai beaucoup apprécié la première et nettement moins la seconde...
Pour retrouver la chronique, on clique sur l'image :

http://wlatetedanslesetoiles.blogspot.fr/2014/03/saisons-paiennes-letincelle-en-moi-de.html



2. Et là je suis en train de lire : 

Le livre de la jungle de R. Kipling
Dans le cadre de mon club de lecture.


Les insoumis, tome 1 de Alexandra Bracken
Je débute à peine.



Et vous que lisez-vous ?

dimanche 23 mars 2014

Les 100, tome 1 de Kass Morgan

Les 100
Tome 1
de Kass Morgan

Éditions R-Jeunes adultes
Collection R
Sortie le 22 janvier 2014
Format broché / 378 pages / 17.90€

Présentation de l'éditeur :

Depuis qu'une guerre nucléaire a ravagé la planète, l'humanité s'est réfugiée dans des stations spatiales en orbite à des milliers de kilomètres de sa surface radioactive. Aujourd'hui, cent jeunes criminels sont envoyés en mission périlleuse : recoloniser la Terre. Cela peut leur donner une chance de repartir de zéro... ou de mourir dès leur arrivée.
Clarke a été arrêtée pour trahison, mais son véritable crime continue de la hanter au quotidien. Wells, le fils du Chancelier, est venu sur Terre pour ne pas être séparé d'elle, cette fille qu'il aime plus que tout. Mais saura-t-elle un jour pardonner son parjure aux conséquences fatales ? Bellamy, au tempérament de feu, a tout risqué pour rejoindre Octavia à bord de la navette : tous deux sont les seuls frères et soeurs que compte encore le genre humain. Glass, elle, a accompli la manoeuvre inverse et est parvenue à rester à bord de la station. Elle va vite comprendre que les dangers qui la guettent sont au moins aussi nombreux que sur Terre.
Face à un monde hostile où chacun reste rongé par la culpabilité, les 100 vont devoir se battre pour survivre. Ils n'ont rien de héros, et pourtant, ils pourraient bien être le dernier espoir de l'humanité...

Mon avis :

Voilà un livre qui fait pas mal parler de lui et qui vient d'être adapté en série télévisée. J'étais impatiente de le lire.

Au final, ce fut une petite déception. L'intrigue est intéressante : les derniers êtres humains ont dû se réfugier dans une station spatiale après qu'une guerre nucléaire ait ravagé la Terre. Cette station se divise en différents quartiers. Les citoyens ne se mélangent pas, on a d'un côté les nantis et de l'autre ceux qui doivent travailler pour eux. La ségrégation sociale est particulièrement importante, de même que la discrimination. Voilà 300 ans que la planète Terre est inhabitée, les dirigeants ont donc pour objectif de déterminer si un retour y est possible. C'est ainsi qu'ils vont envoyer 100 prisonniers sur la planète, des enfants de moins de 18 ans, afin de leur donner une seconde chance et voir ainsi si la vie sur place est possible.

Certains points sont très intéressants : la manière dont est dirigée la station, sa politique, les problèmes de discrimination... Mais il est aussi plaisant de voir comment vit la population et comment elle survit dans l'espace. Les habitants n'ont plus les ressources que l'on pouvait trouver sur Terre, ils ont donc un grand respect pour les objets en bois, les livres, les artéfacts métalliques, etc., de même que pour l'eau et la nourriture qui sont sujets à certaines restrictions. Enfin, la nouvelle communauté qui se créer sur Terre, suite à l'arrivée des 100 prisonniers, est très intéressante à suivre. Comment vont-ils s'organiser et survivre ? Qui va diriger tout ce groupe ? À qui peuvent-ils faire confiance ? Car au final, ce sont tous des prisonniers, certains ont été enfermés pour de très bonnes raisons. Ce sont de nombreux sujets palpitants à suivre et à développer.
On les découvre à travers les voix de quatre protagonistes : Wells, Clarke, Bellamy et Glass. Ils viennent de quartiers différents et ont tous subi à un moment donné le système de la colonie spatiale.
Ce sont des personnages intéressants, qui apportent chacun leur expérience et leurs connaissances sur cette époque. On s'attache très vite à eux, surtout lorsque l'on découvre par quels tragiques événements ils sont passés.

Toutefois, bien qu'il y ait des axes intéressants de réflexion et d'intrigue, je dois avouer que je me suis ennuyée. Généralement, j'aime quand les livres sont longs et bien développés, mais ici, c'est un peu trop. Il y a beaucoup de pages pour au final pas grand-chose. Ou bien est-ce le style de l'auteur auquel je n'ai pas accroché ? Malgré certains passages prenants, je restais indifférente à ce qu'il se passait. Kass Morgan n'a pas su distiller une ambiance assez forte, ni assez intrigante.
De plus, j'ai noté plusieurs bizarreries. Des éléments étrangement introduits ou mal expliqués. Un simple exemple : « Mais il n’a qu’une idée fixe à l’esprit en avalant les derniers hectomètres qui le séparent du camp ». "Hectomètre" n'est jamais utilisé comme unité de distance, c'est absurde. Est-ce un problème de traduction ou l'auteur a-t-elle voulu diversifier son vocabulaire ? En tout cas, ce n'est pas terrible.
En conclusion, c'est un livre qui peine à tenir en haleine le lecteur mais qui a du potentiel et qui, malgré quelques lacunes, aborde des sujets intéressants.

samedi 22 mars 2014

Les enfants de Walpurgis - Saisons Païennes


Les enfants de Walpurgis
Saisons Païennes

Éditions du Chat Noir
Collection Griffe Sombre
Sortie le 1er novembre 2012
Format broché / 175 pages / 13.90€

Présentation de l'éditeur :

Les fêtes païennes se succèdent au rythme lent de la roue de l'année. Les rites se suivent, de l'éclosion de la Nature à la saison sombre, en passant par la maturité et l'abondance puis la venue de ce miracle sans cesse répété : le renouveau. Aujourd'hui encore, ces agapes nous parlent des ravages des tempêtes et des frimas, de la peur de la Nuit, de l'émerveillement face à la Vie, de la passion charnelle qui réchauffe les âmes aussi bien que les corps. Dans ces Saisons païennes, huit auteurs vous invitent à découvrir autant de célébrations, ainsi que les couleurs, les émotions et les enseignements qui les définissent. Chacune de leurs histoires, illustrées avec poésie et tendresse par Serafina, joue des symboles et de l'atmosphère appartenant à la fête qui l'a inspirée. Liens familiaux et liens d'amour, mais aussi quête d'identité et soif d'acceptation par soi-même comme par les siens sont autant de questions qui se font écho d'un récit à l autre. L'individu se transforme dans une alchimie sauvage et naturelle qui se réalise depuis l'enfance de l'humanité. Il évolue et se « dépasse », pourrait-on dire. Mais il n est pas tant question d aller au-dehors de soi que de chercher sa vérité en son âme et son esprit. La Roue des Saisons résonne, au final, comme un voyage vers soi-même.

Mon avis :

Imbolc
Pour tout savoir sur la fête païenne Imbolc, retrouvez mon article : ICI.

L'étincelle en moi de Vanessa Terral
J'aime beaucoup le style de l'auteur et toutes les métaphores qu'elle a pu faire dans sa nouvelle. C'est palpitant à suivre et l'histoire est très intéressante. Le fait que l'intrigue se déroule avant L'aube de la guerrière est un petit plus.
J'ai eu quelques difficultés à mettre le doigt sur toutes les références à Imbolc, fête païenne qui célèbre le renouveau, le retour de la lumière et la transition de l'hiver vers le printemps. Bien que j'en aie repéré plusieurs, j'ai eu l'impression de passer à côté de certaines et c'est bien dommage. Toutefois, cela n'est pas très dérangeant pour ceux qui ne veulent pas aller plus en avant sur les connaissances de cette fête.
L'écriture est belle et agréable et l'intrigue prenante. J'ai particulièrement aimé la fin.
Ce fut un agréable moment de lecture.


Ostara 
Pour tout savoir sur la fête païenne Ostara, retrouvez mon article : ICI.

Éclosion d'Angélique Ferreira
J'ai été moyennement convaincue par cette nouvelle. La trame de l'histoire est un peu étrange ou trop "facile", de plus j'ai trouvé que les différents éléments étaient mal assemblés entre eux. J'ai même noté une incohérence (dommage sur les cinq pages que dure la nouvelle !).
Ostara, fête païenne à l'occasion de l'équinoxe de printemps, est bien abordée, toutefois j'ai trouvé dommage que les informations soient si spécifiques. J'ai eu l'impression que l'histoire ne s'adressait qu'aux wiccans ou aux personnes connaissant très bien la fête païenne. Malgré les recherches que j'avais faites avant, j'ai eu l'impression que j'étais exclue de l'histoire.
Néanmoins, la lecture est facile et les cinq pages sont vite lues.


Beltane
Pour tout savoir sur la fête païenne Beltane, retrouvez mon article : à venir
Pour que l'histoire s'achève par Stéphane Soutoul
à venir...

Litha
Pour tout savoir sur la fête païenne Litha, retrouvez mon article : à venir
Solstice fatal de Bettina Nordet
à venir...

Lughnasadh
Pour tout savoir sur la fête païenne Lughnasadh, retrouvez mon article : à venir
Ce qui nous lie de Cécile Guillot
à venir...

Mabon
Pour tout savoir sur la fête païenne Mabon, retrouvez mon article : à venir
L'offrande de l'été par Ambre Dubois
à venir...

Samain
Pour tout savoir sur la fête païenne Samain, retrouvez mon article : à venir
Les danses de Samain de Céline Guillaume
à venir...

Yule
Pour tout savoir sur la fête païenne Yule, retrouvez mon article : à venir
Noces sanguines au cœur des ténèbres de Marianne Stern
à venir...



LC réalisée avec le blog Les découvertes de Dawn.
Vous pouvez retrouver les différentes chroniques des participants ICI.

http://lesdecouvertesdedawn.wordpress.com/2014/01/05/lecture-commune-2014-saisons-paiennes/

Le cercle de pierre, tome 1 : Le chardon et le tartan de Diana Gabaldon

Le cercle de pierre
Tome 1 : Le chardon et le tartan 
de Diana Gabaldon

Éditions Presses de la cité
Sortie le 15 novembre 2012
Format broché / 1502 pages / 19.90€

Ce tome contient les deux premiers opus de la saga : Le Chardon et le tartan et Le Talisman. Cette chronique ne concerne que le premier.


Présentation de l'éditeur :

Ancienne infirmière de l'armée britannique, Beauchamp-Randall passe des vacances en Ecosse, où elle s'efforce d'oublier horreurs de la Seconde Guerre mondiale auprès de son mari, tout juste rentré du front... Au cours d'une promenade sur la lande, la jeune femme est attirée par des cérémonies étranges autour d'un menhir. Elle s'en approche, et c'est alors que l'incroyable survient : Claire est précipitée deux cents ans en arrière. 1743. L'Ecosse traverse une période troublée. Les Highlanders fomentent un nouveau soulèvement contre l'occupant anglais. Claire se retrouve plongée au coeur d'un monde inconnu, fait de violences et d'intrigues politiques qui la dépassent. Heureusement, sa route croise celle de Jamie Fraser, un Ecossais au grand coeur. Happée par cette nouvelle vie palpitante, Claire saura-t-elle revenir à son existence d'autrefois, désormais si lointaine ? 1968. Claire emmène sa fille en Ecosse, sur les lieux mêmes où, vingt ans plus tôt, elle a vécu d'extraordinaires aventures. Là, elle révèle à Brianna l'incroyable secret qu'elle n'a jamais dévoilé à personne. Ce second volet du voyage de Claire à travers le temps entraîne le lecteur dans le Paris du siècle des Lumières. Après avoir fui l'Ecosse où 'ils sont devenus hors la loi, Claire et Jamie gagnent la capitale française à la rencontre de Chartes-Edouard Stuart, le prétendant au trône d'Ecosse et d'Angleterre. Leur objectif : décourager ses tentatives d'accession au pouvoir, laquelle. Claire le sait, marquerait le début d'une répression sanglante dans les Highlands. Le couple se tance alors dans une course effrénée pour modifier le cours de l'histoire, et découvre qu'on ne joue pas impunément avec la destinée humaine...

Mon avis :

C'est un livre ma-gni-fi-que !

Que dire sinon qu'il faut le lire, qu'il faut se lancer dans l'aventure et faire la connaissance de Claire et Jaime, deux personnes extraordinaires et merveilleuses. Lire ce livre a été l'une de mes plus belles expériences littéraires et le terminer a été assez déprimant. Déprimant, car je ne voulais pas quitter cet univers si attachant. Heureusement que ce n'est qu'un premier tome, je pourrai m'en donner à cœur joie avec la suite !

L'auteur a fait un travail incroyable, elle nous plonge dans les Highlands du XVIIIème siècle avec moult détails. Son travail est extraordinaire tant sur la géographie et l'Histoire de l'Écosse que sur la vie de l'époque. Les informations sont incorporées à l'intrigue de manière naturelle sans que ce soit lourd ou que cela ressemble à un cours magistral. On s'instruit tout en passant un moment délicieux. Les balades à travers le pays sont courantes et on aura l'occasion de profiter de différentes régions et villes d'Écosse. Pour l'avoir déjà visité, j'ai été transportée et je me suis revue lors de mon voyage. L'Histoire, elle, aborde la révolte Jacobite et Bonnie Prince Charlie. Claire est envoyée 2 ans avant la fameuse bataille de Culloden, elle va donc être témoin de nombreux indices sur ce coup d'État qui approche. Quant à la nourriture, les vêtements, les superstitions, la religion, les domaines et leur gestion, les clans, tout simplement la vie de l'époque, le livre fourmille de données, d'informations, c'est passionnant ! Ainsi, on aura le droit notamment à la naissance d'un poulain, à une chasse aux sorcières, à la découverte de nombreuses plantes et remèdes, etc.

En plus d'être un livre passionnant sur l'Écosse de l'époque, c'est aussi une sublime histoire d'amour. Une relation mature, réaliste avec ses hauts et ses bas. Avec une héroïne forte, au caractère entier et admirable. Et un héros surprenant, loyal et farouche. Le couple qu'ils forment fait rêver, je me suis rarement autant attachée à des personnages. Le ton est juste, non forcé, non irréaliste. L'auteur a créé quelque chose de magnifique en réunissant Claire et Jaime. Et ce que j'ai particulièrement aimé c'est le fait que l'on suit une relation qui dure, les premières ardeurs ne sont que les prémisses de quelque chose de plus grand, plus fort. Ils apprennent à se connaître, à créer une dynamique de couple, à vivre l'un avec l'autre, à former quelque chose qui subsiste dans le temps.

Mais sachez que le livre n'est pas tout rose, il reprend la dure réalité de la vie et plus encore. Ainsi, plusieurs passages seront difficiles, très difficile. On va beaucoup frissonner et s'inquiéter pour les personnages. L'époque n'était pas tendre et Claire va vite le réaliser. Heureusement, elle a de nombreuses ressources et surtout elle n'est pas seule.

En conclusion, c'est un livre tellement beau, tellement riche, tellement tellement, que franchement, lisez-le !


"You know you've read a good book when you turn the last page and feel a little as if you have lost a friend."
Paul Sweeney

vendredi 21 mars 2014

Effacée, tome 1 de Teri Terry

Effacée
Tome 1
de Teri Terry

Éditions La martinière
Collection Jeunesse fiction
Sortie le 12 septembre 2013
Format broché / 384 pages / 15€

Présentation de l'éditeur :

Condamnée à avoir la mémoire effacée pour un crime dont elle ignore tout, Kyla part en quête de son passé. 2054. Les criminels de moins de 16 ans sont hospitalisés, leur mémoire effacée, leur agressivité gommée et leur béatitude renforcée. Ils doivent repartir de zéro, contrôlés par un appareil greffé sur leur bras. Kyla, 16 ans, a ainsi été «réinitialisée» et doit tout réapprendre sous le contrôle sévère de ses nouveaux parents adoptifs. Malgré son effacement, elle fait d'étranges cauchemars et se découvre des aptitudes qu'elle ne devrait plus avoir. Comme si son passé s'obstinait à remonter à la surface...
Contrairement à la plupart des Effacés, Kyla est moins encline à l'obéissance, semble être capable de supporter des situations violentes et lorsque des lycéens commencent à disparaître, elle s'interroge...
Avec l'aide de Ben, effacé, lui aussi, elle décide de tenter de comprendre mais cela s'avère plus difficile que prévu. Et Kyla n'est pas certaine de vouloir assumer ce passé qu'elle sent progressivement revenir à elle...

Mon avis :

Voilà un premier tome très intéressant et bien écrit.

Dans ce monde, lorsqu'un jeune de moins de 16 ans commet un crime, sa mémoire est réinitialisée. Tout est effacé, il doit tout réapprendre : parler, manger, marcher... Ensuite, le jeune est placé dans une famille qui va s'occuper de sa réinsertion et réadaptation. On va ainsi rencontrer Kyla le jour de sa rencontre avec sa nouvelle famille. On va découvrir sa nouvelle vie et surtout on va se demander ce qu'a bien pu faire Kyla pour avoir été effacée, d'autant plus qu'elle semble ne pas réagir comme ses semblables.
L'intrigue est très bien menée, le suspense est très présent. Beaucoup de questions vont se poser, l'auteur va répondre à certaines et pour d'autres va laisser quelques indices mettant le lecteur dans tous ses états.
Kyla étant une novice dans ce monde, du fait de son effacement, on va évoluer avec elle dans cette société. On va apprendre, grâce à l'héroïne, comment elle fonctionne, mais on va aussi avoir quelques aperçus d'événements qui laissent supposer qu'elle a bien des choses à cacher. Les souvenirs que Kyla a perdus pourraient bien être la clé pour découvrir les dessous de ce monde intrigant.

Les protagonistes sont intéressants, mais aussi très secrets. Ils ont tous quelque chose à cacher. Soit ils font partie du système, soit ils s'en cachent. Kyla est une jeune fille attachante, on sent qu'elle est dépassée par tout ce qu'elle apprend au fur et à mesure, mais malgré tout, on devine qu'elle a un bon fond. Son entourage est parfois difficile à cerner et c'est seulement dans les moments difficiles qu'ils vont laisser filtrer leur vrai visage.
Néanmoins, j'ai noté que de manière générale, les personnages les plus "agressifs" ou "repoussants" sont généralement ceux à qui l'on peut le plus faire confiance. Et au contraire, ceux qui sont les plus "plaisants" ou "accueillants" sont ceux dont il faut se méfier le plus. Il est dommage que ce schéma se soit répété si souvent. Toutefois, ce défaut ne suffit pas à déprécier l'intérêt du livre.

En conclusion, c'est un livre très prenant et intéressant. Le suspense est au rendez-vous et le personnage principal attrayant. Un premier tome très prometteur !

jeudi 20 mars 2014

Contes de Vampires

Contes de vampires
- Le Vampire (1817) de John William Polidori d'après Lord Byron
- La morte amoureuse (1836) de Théophile Gautier
- Le Mari vampire (1907) de Luigi Capuana

Éditions 7 Art Editions
Collection GF Etonnants classiques
Sortie le 24 mars 2010
Format poche / 157 pages / xx€

Présentation de l'éditeur :

Comment échappe-t-on à un vampire ? C'est cette angoissante question que sont contraints de se poser tous les personnages de ces nouvelles. Aubrey peut-il empêcher lord Ruthven de s'en prendre à sa jeune s ur ? Romuald peut-il résister à la belle Clarimonde qui, chaque nuit, l'entraîne dans une existence de plaisirs et de débauche contraire à ses v ux pieux ? Luigi peut-il sauver sa femme et son enfant des griffes d'un revenant furieux ?
Ce volume réunit deux grands classiques de la littérature vampirique (le texte de Polidori, qui préfigure le Dracula de Bram Stoker, et une nouvelle de Théophile Gautier, chef-d uvre du genre), ainsi qu un récit de l Italien Luigi Capuana. Ils sont accompagnés de parcours de lecture dans le dossier de l édition et d un cahier photos consacré aux « métamorphoses du vampire ».

Mon avis :

Un petit recueil de nouvelles qui ravira les amoureux des histoires de vampires. Trois nouvelles courtes, mais intenses, qui plongent le lecteur dans des ambiances sombres, stressantes et inquiétantes.

La première se déroule au XIXème siècle, Aubrey, un jeune homme de bonne famille, décide d'aller à la découverte du monde. Jeune et non expérimenté, il va suivre un homme intrigant et envoûtant qu'il a rencontré lors d'une soirée mondaine, Lord Ruthven. À deux, ils vont aller de pays en pays. Toutefois, Aubrey va doucement se rendre compte que son compagnon de voyage a des mœurs bien étranges.
La seconde raconte l'histoire incroyable d'un... prêtre qui va se laisser séduire par la belle Clarimonde, la façon dont celle-ci va l'entraîner dans un monde de débauche, dans une double vie incroyable, mais aussi dangereuse. Quelle est la vraie nature de Clarimonde ?
Dans la dernière nouvelle, c'est une jeune famille que l'on suit. Hantés par un être qui en veut à leur nouveau-né, ils sont complètement démunis face à cette menace qui aspire la vie de leur enfant. Comment vont-ils sauver leur bébé ?

Dans chaque cas, le mythe du vampire est abordé. Ces nouvelles l'évoquent à leur façon, mais dans chacune on reconnait les codes, les traces, les indices de la présence d'un de ces prédateurs. Parfois humain, cadavre ou fantôme, ils sont tous assurément une menace et cherchent à détruire des vies.

En conclusion, les écritures sont belles, les auteurs savent distiller une ambiance sombre et envoûtante. Les histoires sont prenantes et intéressantes. À découvrir pour les amoureux du genre.

mercredi 19 mars 2014

Spellman & Associés, tome 1 Lisa Lutz

Spellman & associés
Tome 1
de Lisa Lutz

Éditions Le livre de poche
Collection Littérature et documents
Sortie le 14 mars 2008
Format poche / 444 pages / 7.10€

Présentation de l'éditeur :

Qui pourrait résister aux Spellman, la famille la plus sérieusement fêlée de la côte Ouest ? Certainement pas leur fille, Izzy, associée et néanmoins suspecte. Car, pour ces détectives-nés, rien n'est plus excitant que d'espionner, filer, faire chanter... les autres Spellman de préférence. Mélange détonant d'humour et de suspense, ce best-seller international (et son héroïne) a fait craquer Hollywood : vous n'êtes pas près d'oublier les Spellman !

Mon avis :

Venez à la découverte d'une famille pas comme les autres. Avec les Spellman vous allez passer un moment de détente bien agréable et amusant.

Rae Spellman, la petite dernière de la famille, a disparu. Izzy, sa grande sœur, est en salle d'interrogatoire subissant les questionnements d'un inspecteur. Il s'avère que cette salle se trouve dans le sous-sol de la famille. Qui sont donc les Spellman pour avoir une salle d'interrogatoire au sous-sol de leur maison familiale ? Grâce à Izzy et ses souvenirs désordonnés, nous allons découvrir chacun des membres de ce clan et peut-être ainsi comprendre qui ils sont, mais surtout ce qu'il est arrivé à Rae.

La manière dont est construite l'histoire est très intéressante. Elle ne suit pas d'ordre chronologique, elle prélève à droite et à gauche des bribes de souvenirs qui ont été réveillés par les questions de l'inspecteur. Tous ces souvenirs ne visent qu'une chose : reconstituer le puzzle que forme Rae Spellman. Au lecteur de remettre les pièces dans l'ordre.

C'est une famille pour le moins très particulière. Les parents ont élevé leurs enfants en leur inculquant des valeurs peu conventionnelles. Cela mènera à des situations cocasses, souvent drôles, mais aussi surprenantes. Les personnages ont tous un caractère fort (il faut au moins ça pour survivre dans leur famille) ce qui entraîne de nombreuses querelles entre chacun des membres. Chacun a sa solution pour se sortir des situations conflictuelles : chantage, pots-de-vin, menaces... Toutes plus ou moins efficaces. On s'attache très vite à ce petit groupe familial, à leurs liens un peu étranges, à leur grande affection les uns pour les autres et leurs manières bizarres.

Aux intrigues familiales se superposent les enquêtes de l'agence Spellman & Associés. Celles-ci sont prenantes et intéressantes. Le suspense est présent jusqu'à la fin, on se prend au jeu et l'on spécule énormément sur le dénouement des enquêtes.

En conclusion, c'est un livre très sympathique mêlant vie familiale, enquêtes de détectives et humour, le tout écrit dans un format original. Assurément une saga à découvrir !

mardi 18 mars 2014

La petite Maréchale de T. Trilby

La petite maréchale
de T. Trilby

Éditions Flammarion
Sortie en 1948
Format poche / 189 pages / xx€

Présentation de l'éditeur :
Sans.

Mon avis :

C'est un livre que j'avais lu toute jeune et qui, d'une certaine manière, m'avait marquée puisque je me rappelais avoir énormément aimé sans toutefois pouvoir me rappeler de l'histoire.

L'histoire se déroule au milieu du XXème siècle, on découvre la petite maréchale, jeune fille de 13 ans pourrie gâtée par son grand-père maréchal de l'île de Floreal dans le Pacifique. Cette jeune demoiselle a tout : 50 domestiques, un palace, un éléphant, une pirogue pour chaque jour de la semaine et elle a même obtenu de son grand-père un petit chinois qu'ils ont trouvé dans la jungle il y a de nombreuses années. À peu près du même âge, Tchang-Tsé s'est depuis lors voué au bien-être de la petite maréchale et ne l'a plus quittée.
Toutefois, la vie de cette dernière va être bouleversée lorsque son grand-père mourra prématurément.

C'est un petit livre intéressant et très bien écrit. On retrouve l'écriture soignée et travaillée de l'époque. Je pense qu'idéalement c'est une œuvre à mettre entre les mains des enfants capricieux, pour leur apprendre que dans la vie tout ne leur est pas dû et qu'ils doivent apprendre à modérer leur caractère. Ce livre a un côté très moralisateur, parfois lourd, mais toujours bien expliqué et développé. Pourquoi il ne faut pas agir comme ça, qu'elles en sont les conséquences sur soi mais aussi sur autrui, comment pourrait-on améliorer les choses, etc.

L'évolution du caractère de la petite maréchale est palpable. Toutefois, il est dommage qu'elle doive passer par autant de difficultés pour réaliser qu'elle n'a pas un comportement très respectueux et agréable... On se rend vite compte qu'au final le fautif dans l'histoire, ce n'est pas elle, mais bien la personne qui l'a élevée. Ayant toujours eu tout ce qu'elle voulait, sans se poser de questions ou sans avoir jamais appris quoi que ce soit de la vie ou à tout simplement à avoir de l'empathie, elle ne s'est jamais inquiétée pour autrui et ne s'est jamais mise à la place des autres. Sa prise de conscience, lente mais bien effective, va la changer.

Bien que parfois son caractère de cochon m'énervait énormément, elle a su me tirer quelques larmes à la fin du roman.

En conclusion, un petit livre agréable, parfois agaçant, mais qui sait toucher et trouver les mots justes afin d'aider les jeunes à ne pas penser qu'à eux, à réaliser qu'ils font partie d'un tout et qu'ils ne sont pas seuls au monde.
 

lundi 17 mars 2014

C'est lundi, que lisez-vous #45


"C'est lundi que lisez-vous ?" est un rendez-vous livresque à l'origine initié par Mallou, aujourd'hui repris par Galleane, du blog : Le blog de Galleane.

Le principe est simple, il suffit de répondre à 3 questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?
Personnellement, je ne répondrai qu'aux deux premières questions car je ne sais jamais à l'avance quel livre je vais lire. Cela dépend toujours de mon état d'esprit après en avoir terminé un. ^^
Il y aura aussi le lien de la chronique du livre si elle est déjà faite, donc n'hésitez pas à cliquer pour découvrir ces oeuvres.

1. Cette semaine j'ai terminé : 

Le cercle de pierre, tome 1 : Le chardon et le tartan de Diana Gabaldon
Merveilleux ! Un énorme coup de cœur ! Et une grosse tristesse de l'avoir déjà terminé.



2. Et là je suis en train de lire : 

Les 100 de Kass Morgan
Jusqu'ici j'apprécie ma lecture.



Et vous que lisez-vous ?

Fête païenne - Ostara



Dans le monde celtique, l'année est représentée sous forme de cercle, on parle de roue de l'année. Le rond symbolise l'éternel recommencement, le cycle de la vie.
Les saisons sont décomposées en deux catégories : les saisons claires et les saisons sombres. Sur cette année celtique on retrouve 4 fêtes religieuses majeures, deux par saisons :
Il existe aussi 4 autres fêtes celtiques mais non religieuses, qui correspondraient plutôt à des fêtes sociales :
  • l'équinoxe de printemps : Ostara (21 mars) ;
  • solstice d'été : Litha (21 juin) ;
  • l'équinoxe d'automne : Mabon (21 septembre) ;
  • solstice d'hiver : Yule (21 décembre) .
     
Elles étaient l'occasion de rassemblements et de festivités.

J'écrirai une présentation de chaque fête à la date qui lui correspond, que vous pourrez retrouver sur le blog.


Ostara


Signification

Qu'est ce qu'Ostara? 

Ostara est une fête celtique célébrée le 21 mars lors de l'équinoxe de printemps ou équinoxe vernal. Aussi appelée Eoster, Alban Eilir (nom druidique signifiant "La lumière de la Terre") ou Printemps, c'est la date durant laquelle le jour et la nuit sont en parfait équilibre et à partir de laquelle la lumière prend le pas sur les ténèbres.
C'est une période d'exubérance où la nature explose et déborde d'énergie. La grande déesse est présente sous sa forme de jeune fille et amante : les plantes poussent et les animaux se reproduisent.
Les espoirs nés lors d'Imbolc prennent naissance et se réalisent. C'est une époque de fertilité, de renouvellement, de nouveauté, de commencement. De ce fait, on honore la déesse de la fertilité ou du printemps : Ostara appelée aussi Eostre.



Eostre


Qui est Ostara/Eostre ? 

Eostre est une déesse saxonne de la fertilité. Ses symboles sont le lièvre et les œufs. C'est de son nom que vient le mot "œstrogène", les hormones féminines essentielles dans la reproduction. Mais, les Chrétiens se sont inspirés d'elle pour leur fête de Pâques.






Les œufs symbolisent l'univers et les promesses contenues à l'intérieur. Moitié mâle moitié femelle, le jaune correspond au Dieu et le blanc à la Déesse. Encore une fois, un équilibre parfait entre deux forces. Il est aussi l'image de la renaissance, de la création.




Le lièvre est lui un symbole lunaire représentant la fertilité. Réputé pour leur vie sexuelle importante et pour leur faculté de pouvoir de nouveau féconder la hase alors qu'elle a déjà une grossesse en cours, il évoque la vie nouvelle. C'est de lui que vient le lapin de Pâques qui apporte les œufs aux enfants lors de la fête chrétienne.

(Pour les livrovores sachez que le lièvre qui s'accouple, se dit "le lièvre bouquine". Petite anecdote livresque.)


La célébration

Concrètement, que faire pour fêter Ostara ?

Œufs décorés : pour célébrer Ostara il suffit d'abord d'honorer la déesse qui porte ce nom et donc de mettre en avant ses symboles. C'est ainsi que pour cette fête, on va décorer les œufs en les peignant de différentes couleurs (oui, c'est de là que vient la tradition des œufs de Pâques).
N'oubliez pas pour les enfants de faire la chasse aux œufs (des vrais peints ou en chocolat).

Plantes : on va planter de jeunes pousses. C'est la renaissance de la nature, on va donc y prendre part en s'occupant de son jardin en y semant des graines ou en y mettant de nouvelles plantes.


Honorer la nature : pour cela il suffit tout simplement de faire une promenade dans les bois ou au milieu de la nature. D'observer autour de soi les différentes représentations de la fête païenne Ostara. Contempler la nature renaître, les animaux batifoler, tout autant de traces de cette célébration. Mieux encore, marcher pieds nus dans l'herbe afin d'être encore plus proche de la nature. Lors de la balade, on peut cueillir quelques plantes et les mettre dans un vase chez soi.


Nourriture : Côté nourriture, on va privilégier les repas à base d’œuf (oui, oui toujours ces œufs), de graines (tournesol, sésame, citrouille...) et les salades de jeunes pousses.



J'espère que l'article vous aura plu et qu'il aura été instructif. Ci-dessous vous pouvez retrouver les différentes sources dont je me suis inspirée pour l'écrire. Enfin, n'hésitez pas à partager des sites et des informations sur cette fête. Ça me plairait beaucoup d'enrichir mes connaissances.



Sources


http://fr.wikipedia.org/wiki/Ostara
http://www.guide-magie-blanche.com/grimoire/page,Ostara-22.html
http://www.guide-magie-blanche.com/rituels/fetes-magiques/index.html
http://www.goddessandgreenman.co.uk/ostara
http://www.wikihow.com/Celebrate-Ostara
http://loveofthegoddess.blogspot.fr/2010/03/ostara-celebration-of-goddess-of-spring.html

dimanche 16 mars 2014

Dualed, tome 1 d'Elsie Chapman

Dualed
Tome 1
Elsie Chapman

Éditions Le Livre de Pocheumen
Sortie le 6 mars 2014
Format broché / 440 pages / 15€

Présentation de l'éditeur : 

Dans la ville fortifiée de Kersh, avant d’atteindre son vingtième anniversaire, chaque citoyen doit éliminer son Double, un jumeau génétiquement identique, élevé dans une autre famille. Le compte à rebours se déclenche un beau matin, et chacun a trente petits jours pour affronter son autre moi. West Grayer est fin prête. Elle a quinze ans, et s’entraîne depuis des mois et des mois pour affronter son alter ego. Survivre, c’est accéder à une vie normale, terminer ses études, avoir le droit de travailler, de se marier, de mettre au monde des enfants. Mais un grain de sable imprévu vient griper la machine, et West se met à douter : est-elle vraiment la meilleure version d’elle-même, celle qui mérite un avenir ? Pour rester en vie, elle doit cesser de fuir... son Double d’abord, mais aussi ce qu’elle ressent, et qui a le pouvoir de la détruire. Frénétique et imprévisible, le premier roman d’Elsie Chapman est un thriller qui vous prend à la gorge, une chevauchée infernale de la première à la dernière page.

Mon avis :

Voilà un livre au résumé terriblement accrocheur et alléchant.

Le principe de l'histoire est intéressant et même bien expliqué. Ainsi, on apprend pourquoi chaque personne a un double et surtout pourquoi ils doivent en arriver à l’extrême limite de le tuer. Cet état de fait découle de tout un passé et de décisions qui ont amené Kersh là où il en est à présent, à savoir faire s'entretuer des jeunes de moins de 20 ans.

Le livre ne laisse pas de répit, il commence en fanfare et l'action ne s'arrête plus jusque la fin. Il prendra même certaines voies surprenantes mais particulièrement captivantes.
Grâce à sa ville tristement mortelle et le personnage très attachant de West, le lecteur va se voir entraîné à la suite des protagonistes dans une foule d'émotions : peine, chagrin, colère, remise en question, volonté de survivre, joie, mélancolie, amour... Tout comme les actes se déroulant dans cette ville sont violents, les sentiments engendrés le sont tout autant. L'auteur a bien su dépeindre ces situations lorsqu'elles se présentaient. Toutefois, un bémol, il est dommage que l'auteur ait si peu insisté sur toute la partie des sentiments de West lors de la traque, ses sentiments vis-à-vis de son double. Pourquoi notre héroïne agit de la sorte, pourquoi prendre cette voie ? Personnellement, je n'ai pas compris ses décisions, j'aurai j'aurais aimé quelques explications. Il aurait été important d'aller plus en profondeur afin d'éclaircir certains actes.

En fait, c'est là un point qui m'a chagrinée lors de ma lecture, l'ensemble est très intéressant et original, toutefois on a l'impression d'avoir quelque chose qui n'a pas été exploité pleinement et pour laquelle il manque certaines explications. Plusieurs fois, je me suis questionnée sur le pourquoi d'un acte ou d'une réaction. Le fait de ne pas avoir d'éclaircissements me donnait l'impression que l'auteur avait envie que le livre prenne cette direction et a posé la pierre à cet endroit sans se soucier d'expliquer comment elle est arrivée là. Alors qu'avec quelques informations en plus, il n'y aurait pas eu ce ressenti.

De même, Elsie Chapman aborde des points très intéressants sur l'intérêt de ce système. A-t-il vraiment un sens ? Et là encore ce n'est qu'effleuré... J'avais tellement envie d'une bonne discussion à bâtons rompus sur cette thématique, que j'en ai été frustrée à la fin lorsque je suis arrivée au bout du livre sans avoir pu en bénéficier. En effet, il est possible que l'auteur choisisse d'aborder ces éléments dans son second opus, néanmoins, elle a tendu tellement de perches qu'elle n'a jamais saisies, qu'elle aurait pu quand même nous donner un avant-goût.

Heureusement les personnages, l'action et la promesse d'un second tome atténuent un peu ces défauts.

West est une jeune fille attachante. Elle a été élevée dans l'idée qu'un jour elle devrait tuer son double. Sa jeunesse a été consacrée à cet événement, mais rien ne l'a préparée à perdre chacun leur tour tous les membres de sa famille pour ne plus qu'avoir auprès d'elle son grand frère Luc. La loi du plus fort est dure et les dommages collatéraux nombreux.

En conclusion, c'est un livre avec du potentiel, mais qui aurait pu être mieux pour le peu que l'auteur ait été plus au fond des choses. Toutefois, on arrive quand même à se laisser prendre au jeu et à suivre avec intérêt l'intrigue.

samedi 15 mars 2014

Kushiel, tome 1 : La marque de Jacqueline Carey



Kushiel
Tome 1 : La marque 
de Jacqueline Carey

Éditions Milady
Collection Fantasy
Sortie le 24 janvier 2014
Format poche / 840 pages / 12.90€

Présentation de l'éditeur :

Phèdre a été marquée par le dieu Kushiel, ce qui lui vaut d'éprouver à jamais le plaisir dans la douleur. Un don unique et cruel qui a fait d'elle la plus convoitée des courtisanes… et une espionne exceptionnelle. Très vite, Phèdre va découvrir l'existence d'un complot mortel qui pèse sur son peuple, et se retrouver embarquée dans une aventure épique et déchirante, qu'il lui faudra mener jusqu'au bout.

Mon avis :

C'est incontestablement un livre de fantasy magnifique et merveilleusement bien écrit.

Ce roman est une belle pépite, je suis très contente de ne pas être passée à côté. Un peu surprise au début par le personnage de Phèdre et sa particularité, je m'y suis faite rapidement, principalement grâce à la magnifique plume de Jacqueline Carrey. Phèdre est une jeune fille touchée par la marque de Kushiel, c'est à dire qu'elle trouve son plaisir dans la douleur. Bien que ce détail pourrait en rebuter plus d'un, il faut savoir que c'est très bien abordé, il y a très peu de scènes dans lesquelles elle use de ce don et lorsque c'est le cas, elles sont courtes et très bien écrites. De sorte qu'il n'y a aucun malaise pour le lecteur, cet élément fait partie de l'histoire et ne choque pas. Pupille de Delaunay, elle va avoir l'opportunité d'étudier, d'apprendre à réfléchir et analyser, tout en ayant pour objectif de servir Naamah. C'est à dire qu'elle va vouer sa vie au plaisir et à l'amour. Elle va apprendre toutes ses subtilités et son art.

Terre d'Ange est un pays qui a une histoire riche, un mode de vie propre. Son passé a forgé sa civilisation telle qu'elle est aujourd'hui. Grâce à Phèdre, l'Histoire de Terre d'Ange nous est contée et quel récit ! Très intéressant et très bien construit, on retrouve beaucoup de similarités avec notre propre Histoire. Plus on avance dans la lecture et plus les coïncidences sont nombreuses, jusqu'au moment où l'on réalise tout le parallèle que l'auteur a fait avec notre monde. Jusqu'à la carte qui correspond à l'Europe. Ce qui met le lecteur sur la voie, sont les dénominations des personnes, des peuples, des lieux, des pays... Pour se faire, elle a utilisé des noms proches ou anciens de notre monde, ainsi L'Irlande correspond à l'Eire et les Écossais sont les pictii (pour nous les pictes). J'ai pris beaucoup de plaisir à noter tous ces éléments à la fois différents et proches de chez nous. Quelque part cela m'a rapprochée de ce monde, de Phèdre, je n'étais pas totalement étrangère à cet univers, une infime part m'était familière.

Ainsi Jacqueline Carrey a réussi à créer un monde qui a sa propre mythologie, ses croyances, ses guerres passées, ses coutumes, un univers extrêmement riche et passionnant. Tout ce background donne beaucoup de force au récit et démontre sa qualité.
Mais l'auteur ne s'arrête pas là, elle pousse jusqu'à nous entraîner dans une histoire de jeu politique palpitante, où trahisons, meurtres et coups d'état vont bon train. Une intrigue palpitante, haletante et passionnante ! Et pourtant c'est une personne qui abhorre la politique qui écrit ça. C'est dire !
Madame Carrey nous entraîne dans une partie d'échec de haut niveau, elle pose ses pièces avec stratégie et veille à ce qu'elles sortent leur épingle du jeu en temps voulu. Chaque élément, chaque fait, a son importance et ils se présenteront tôt ou tard afin de mettre en en relief la situation.

L'action est omniprésente dans la seconde moitié du livre et on a le grand plaisir de voyager énormément aux côtés des personnages. Là encore, chaque régions, pays, sont très bien présentés et exploités. On a vu les mœurs de Terre d'Ange, on découvrira celles des autres contrées.
Cet opus est très dense et bien que l'on pourrait éprouver quelques difficultés à suivre tous les personnages, le lexique au début du livre ainsi que sa carte, nous épaulent dans notre lecture.

Les protagonistes ne sont pas manichéens, ils ont tous leur part d'ombre, qui influence plus ou moins leur mode de vie. De manière générale, la plupart ont une grande soif de pouvoir et cherchent à l'obtenir par tous les moyens. D'autres veulent simplement préserver ce qu'ils ont, malgré les difficultés. Phèdre est un personnage intéressant. Elle est érudite, mais son statut de servante de Naamah contribue à ce que les personnes s'arrêtent à cela sans aller plus loin et voir quelle femme extraordinaire se cache derrière. Bien que se sous-estimant plus d'une fois, sa force de caractère, ses principes et son amour pour son pays vont l'entraîner dans bien des situations périlleuses mais aussi capitales pour Terre d'Ange.

En lisant ce livre, je n'ai pas pu m'empêcher de faire un parallèle avec la saga Le trône de fer de G.R.R. Martin. En effet, ici aussi, au centre de l'intrigue se trouve un jeu de trône. Tous les moyens sont bons pour y parvenir et l'auteur n'épargne pas non plus ses personnages. La qualité et la richesse de l'écriture sont aussi autant d'éléments qui poussent à la comparaison. Néanmoins, n'ayez crainte, l'œuvre de Jacqueline Carrey lui est propre et se démarque aussi énormément de l'autre saga citée précédemment. Car bien que l'idée de fond soit la même, l'exploitation et l'univers sont différents.

En conclusion, une saga de fantasy à ne pas rater ! D'une très bonne qualité et à l'histoire palpitante, c'est un petit bijou !

mardi 11 mars 2014

Carmilla de Sheridan Le Fanu

Carmilla 
de Sheridan Le Fanu

Éditions Le Livre de Poche
Sortie en 2004
Format poche / 123 pages / 2€

Présentation de l'éditeur :

Dans un château de la lointaine Styrie, au début du xixe siècle, vit une jeune fille solitaire et maladive. Lorsque surgit d’un attelage accidenté près du vieux pont gothique la silhouette ravissante de Carmilla, une vie nouvelle commence pour l’héroïne. Une étrange maladie se répand dans la région, tandis qu’une inquiétante torpeur s’empare de celle qui bientôt ne peut plus résister à la séduction de Carmilla… Un amour ineffable grandit entre les deux créatures, la prédatrice et sa proie, associées à tout jamais « par la plus bizarre maladie qui eût affligé un être humain ». Métaphore implacable de l’amour interdit, Carmilla envoûte jusqu’à la dernière ligne… jusqu’à la dernière goutte de sang ! Maître du récit de fantômes et de vampires, dans la tradition romantique du roman noir, l’Irlandais Sheridan Le Fanu (1814-1873) est l’un des pionniers du roman de mystère anglais. Carmilla (1872), texte fondateur du récit de vampires, annonce le Dracula (1897) de Bram Stoker.

Mon avis :

Après avoir assisté à une conférence sur les ouvrages les plus incontournables du genre vampirique, j'ai noté quelques titres que je me suis mise en devoir de découvrir. Carmilla de Sheridan Le Fanu est l'un d'eux.

Il est très intéressant de se plonger dans une histoire du XIXème siècle, un livre plus ancien que Dracula de Bram Stoker où l'on retrouve le mythe du vampire. L'écriture est très belle et travaillée. Le lecteur est plongé dans l'histoire et bien que l'on se doute des tenants et aboutissants de l'intrigue, on ne peut s'empêcher de trembler pour les personnages et d'être transporté dans l'histoire.

On note que les caractéristiques des vampires ont bien évolué depuis le temps. Leurs pouvoirs, l'effet du soleil, leur repos, leur façon de se nourrir, le tout est abordé sans entrer dans les détails. En effet, le récit est à la première personne, c'est Laura, la victime de Carmilla qui raconte l'histoire. Elle témoigne de son expérience. Elle ne peut donc dire que ce qu'elle a vécu ou ce qu'on lui a raconté. La narratrice est une jeune fille sage avec une bonne éducation, élevée loin de tout dans la bonne tradition anglaise. Jeune fille esseulée, elle cherche de la compagnie de son âge et est ravie lorsqu'une jeune étrangère fait son apparition.
Carmilla est une créature étrange. Fascinée par Laura, elle n'aura de cesse d'essayer d'en faire sa moitié. Elle recherche une amitié fusionnelle, qui se fait au détriment de son amie. À plusieurs reprises, elle tiendra des propos, au détour d'une conversation, assez effrayants qui auraient dû alerter Laura.

Même si l'on peut trouver le début un peu lent, la seconde moitié du récit est riche en informations et rebondissements. C'est une partie captivante où le lecteur aura le droit à plusieurs retours dans le passé afin de comprendre la situation présente.

En conclusion, c'est une œuvre à lire pour toute personne aimant les récits vampiriques. Un classique dans le genre, captivant et envoutant.

lundi 10 mars 2014

Flintlock Fantasy




Flintlock Fantasy


Attention : tous aux abris ! Un nouveau genre littéraire arrive en France : la Flintlock Fantasy ! Un nouveau sous-genre de la fantasy qui pourrait se définir comme de l'epic fantasy se déroulant à l'ère industrielle (XVIIIème - XIXème siècle). Ainsi, magie et créatures fantastiques côtoient mousquets, pistolets, bombes et autres joyeuseries mortelles à poudre de cette époque.
La fantasy n'est donc plus cantonnée aux époques moyenâgeuses, les écrivains la font évoluer vers une nouvelle période.



Qui dit nouveau genre, dit nouveautés littéraires. Et, pour le coup, les éditions Panini Books, dans la collection Éclipse, frappent fort en publiant deux des romans les plus représentatifs et plébiscités outre-Atlantique, j'ai nommé :





Résumé :
Au lendemain de son coup d’état, le marshal Tamas a rétabli le calme dans son nouveau royaume. Il a fait exécuter les aristocrates corrompus et a nourri le peuple affamé. Mais sa prise de pouvoir a déclenché une guerre avec les Neuf Nations. Assiégé de l’extérieur, menacé par des royalistes fanatiques et par ses anciens alliés, Tamas devra faire appelle aux derniers mages de la poudre et reprendre les armes pour préserver la paix. Mais alors que les menaces se font plus pressantes, le peuple murmure des prophéties de mort et de destruction, de dieux s’éveillant pour marcher parmi les hommes…





Résumé :
Laissez-vous tenter, vous ne le regretterez pas. Le 1er tome, LES MILLE NOMS, sort le 26 mars en librairie et vous entraînera dans le désert de Khander, où une mystérieuse et sinistre magie, oubliée depuis des siècles, est sur le point de ressurgir des ténèbres...




Alors laisserez-vous tenter par ce nouveau genre ?




C'est lundi, que lisez-vous #44


"C'est lundi que lisez-vous ?" est un rendez-vous livresque à l'origine initié par Mallou, aujourd'hui repris par Galleane, du blog : Le blog de Galleane.

Le principe est simple, il suffit de répondre à 3 questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?
Personnellement, je ne répondrai qu'aux deux premières questions car je ne sais jamais à l'avance quel livre je vais lire. Cela dépend toujours de mon état d'esprit après en avoir terminé un. ^^
Il y aura aussi le lien de la chronique du livre si elle est déjà faite, donc n'hésitez pas à cliquer pour découvrir ces oeuvres.

1. Cette semaine j'ai terminé : 


La petite Maréchale de T. Trilby
La relecture d'un coup de cœur d'enfance.


Dualed d'Elsie Chapman
Sympa malgré quelques petits détails qui aurait pu être mieux détaillés.




2. Et là je suis en train de lire : 

Le cercle de pierre, tome 1 : Le chardon et le tartan de Diana Gabaldon
Toujours aussi bon. Je le savoure !




Et vous que lisez-vous ?

mercredi 5 mars 2014

Lumen Éditions


Aujourd'hui je vais faire un focus sur une nouvelle maison d'édition qui va sortir ses premiers titres dès demain :



Lumen se spécialise dans les romans de l'imaginaire pour la jeunesse, les adolescents et les jeunes adultes. Ils ont prévu 16 titres cette année dont 10 nouveautés. Les livres sont en grand format et vendus à 15€.

Pour citer leur présentation que je trouve très complète :

"Lumen, ce sera des thrillers haletants, de grandes épopées d’aventure et des romans d’évasion, principalement dans le domaine de l’imaginaire. Fantasy, suspense, dystopie, de nouveaux auteurs parmi les plus prometteurs et des partenaires éditeurs étrangers de tout premier plan, bref une volonté de mettre le meilleur du moment entre les mains des lecteurs et de dénicher les grands classiques de demain !"

Vous pouvez les retrouver sur différents réseaux :

Site (prochainement) : ICI.
Facebook : Lumen édtion
Twitter : @LumenEditions


Et voici une présentation des premières parutions prévues pour le 6 mars 2014 :



Dualed d'Elsie Chapman

Résumé

Dans la ville fortifiée de Kersh, avant d’atteindre son vingtième anniversaire, chaque citoyen doit éliminer son Alter ego, un jumeau génétiquement identique, élevé dans une autre famille. Le compte à rebours se déclenche un beau matin, et chacun a trente petits jours pour affronter son autre moi.

West Grayer est fin prête. Elle a quinze ans, et s’entraîne depuis des mois et des mois pour affronter son Alt. Survivre, c’est accéder à une vie normale, terminer ses études, avoir le droit de travailler, de se marier, de mettre au monde des enfants. Mais un grain de sable imprévu vient gripper la machine, et West se met à douter : est-elle vraiment la meilleure version d’elle-même, celle qui mérite un avenir ? Pour rester en vie, elle doit cesser de fuir… son double d’abord, mais aussi ce qu’elle ressent, et qui a le pouvoir de la détruire.

Frénétique et imprévisible, le premier roman d’Elsie Chapman est un thriller qui vous prend à la gorge, une chevauchée infernale de la première à la dernière page.

Le premier chapitre à lire en ligne : ICI.
Le trailer : ICI.



Wizards, tome 1 : L'initation de Diane Duane

Résumé :

« Nita laissa courir ses doigts le long d’une des étagères de la bibliothèque. Soudain, quelque chose interrompit son mouvement. Un petit livre perdait un fil, et son ongle s’était accroché dessus. Elle plissa les yeux. Ah ! Un de ces guides consacrés aux métiers : Comment devenir pilote, Comment devenir chercheur, infirmier, écrivain… Mais celui-là s’intitulait… Comment devenir un sorcier en dix leçons !

Nita extirpa le volume du rayonnage, ébahie, et se plongea dans la lecture.
Non, impossible ! se dit-elle au bout d’un instant. Elle referma le livre et le tint serré dans sa main, immobile, en proie à un mélange  de confusion, d’incrédulité… et d’euphorie.

Si c’était une plaisanterie, elle était géniale.
Et si ce n’en était pas une…
»

Le premier chapitre à lire en ligne : ICI.
Le trailer : ICI.



Et prochainement :




Widdershins, tome 1 : Le pacte de la voleuse d'Ari Marmell

Résumé :

Dans une autre vie, elle s’appelait Adrienne Satti, mais à présent, elle n’est plus que Widdershins. Gamine des rues, devenue noble, puis voleuse – la vie ne l’a pas épargnée. Orpheline très jeune, elle a connu la pauvreté et le luxe les plus extrêmes. Revenue aux ruelles sombres d’où elle était sortie, elle est désormais considérée comme l’une des voleuses les plus intrépides... Mais ses talents suffiront-ils à la sauver de la ténébreuse conspiration qui ronge inexorablement les entrailles de la cité de Davillon ? Découvrez Widdershins, l’aristocrate devenue voleuse, qui connaît mille façons de couper une bourse et autant de charmer ducs et barons dans les salons de la noblesse !


Les gardiens des éléments, tome 1 : La maitresse des éléments de Rachel Caine

Les gardiens des éléments
Tome 1 : La maitresse des éléments 
de Rachel Caine

Éditions Panini Books
Collection Crimson
Sortie le 23 janvier 2013
Format poche / 329 pages / 8.30€

Présentation de l'éditeur :

Les gardiens existent depuis toujours. Certains d’entre eux contrôlent le feu, d’autres la terre, l’eau ou le vent, et les plus puissants sont capables de contrôler plus d’un élément. Faute de gardiens, Mère Nature ferait sans mal disparaître l’humanité de la surface de la Terre…Joanne Baldwin est une gardienne des éléments : en général, il lui suffit de faire un geste de la main pour apprivoiser la tempête la plus violente. Mais Joanne doit faire face à de terribles accusations de meurtres. Elle doit maintenant sauver sa peau. Son seul espoir s’appelle Lewis, le plus puissant des gardiens, aujourd’hui l’homme le plus recherché du monde. Sans lui, les chances de survie de Joanne fondent comme neige au soleil… Elle parcourt les routes des États-Unis dans sa Mustang, en espérant que Lewis puisse l’aider, tout en essayant d’échapper à la tempête qui veut sa peau…

Mon avis :

Ce fut pour moi une très belle découverte !

L'histoire commence sur les chapeaux de roues. On prend le récit en cours. Joanne est en fuite depuis déjà plusieurs heures et cherche un moyen de se sortir du pétrin dans lequel elle s'est mise. On n'a aucune idée de ce qu'il s'est passé avant de prendre l'histoire. Le lecteur va devoir grappiller les indices laissés par l'auteur afin de comprendre quels sont les événements qui ont conduit Joanne là où elle est à présent.

L'action est donc présente dès la première ligne et ne s'interrompt pas de tout le récit. L'intrigue nous tient en haleine et le fait de ne pas savoir directement tout ce qui en retourne ajoute beaucoup de suspense à l'histoire.
Joanne est une gardienne des Cieux, c'est-à-dire qu'elle contrôle l'air et l'eau. En agissant sur les molécules dans l'air, elle peut modifier à sa guise la météo. Ce qui à première vue semble simple, relève en fait de connaissances spécifiques et poussées. L'auteur a su se mettre au niveau du lecteur et explique brillamment le fonctionnement des modifications météorologiques. L'ensemble est très intéressant et même instructif, le tout présenté dans un contexte loin d'être académique, mais plutôt ludique. J'ai dévoré ces passages et j'en redemandais.
Néanmoins, Rachel Caine ne s'arrête pas à cela, elle a créé une structure regroupant toutes les personnes douées de la capacité à maîtriser un ou plusieurs éléments. Elle les a réunis en une société régie par des règles et une hiérarchie strictes. Cette communauté a été construite en marge de la société dans le plus grand secret. Le tout formant un ensemble complet et très bien édifié.

L'héroïne est efficace, elle sait de quoi elle est capable sans se rendre compte de sa singularité. Ce qui la rend à la fois simple et hors-norme. Elle a un objectif à atteindre, mais pour autant tous les moyens ne sont pas bons pour y arriver. Elle est juste, c'est quelqu'un de bien et j'ai hâte de lire les prochains tomes afin de découvrir plus en avant son caractère et ses relations avec ses amis.
L'écriture est agréable, le livre se lit tout seul. L'auteur ajoute quelques touches d'humour, mais aussi de répondant, donnant du peps au récit. Je donne une mention spéciale à l'originalité des débuts de chapitres donnant les bulletins météorologiques du moment. Ils énoncent clairement l'évolution du récit et de la situation de l'héroïne. De plus, les passages où Joanne se passionne face à ses voitures sont très amusants. Sa course-poursuite, lui permet d'exprimer pleinement son amour pour les cylindrés.

En conclusion, une saga très prometteuse qui m'a conquise du début à la fin. L'auteur a su développer un univers riche et intéressant. À découvrir !

mardi 4 mars 2014

Visiter l'écosse #1 Édimbourg


Vous allez retrouver dans cet article une liste non exhaustive des bons plans et des choses à savoir pour passer un bon séjour à Édimbourg. J'y suis déjà allée 3 fois et j'ai donc eu l'occasion de tester et visiter de nombreuses choses.

MAJ : Je suis retourné à Édimbourg fin août 2016 et j'ai mis à jour les informations et ajouté des adresses. Bonne lecture !

Aéroport :

Tout d'abord, vous allez surement arriver à Édimbourg en avion. Depuis Paris, il faut environ 1h30 de vol pour atteindre la capitale. Sachez que l'aéroport se trouve à environ 30 minutes de la ville. Vous allez donc devoir soit prendre un taxi ou un bus.
Pour le bus, il y a :
Airlink 100 : un bus dédié spécialement à la navette Aéroport-Édimbourg.
L'arrêt de bus se trouve juste devant les portes de l'aéroport (vous ne pouvez pas le manquer). Il passe toutes les 10 minutes.
Côté prix, il faut compter : 3.5£ pour un aller simple et 6£ pour un aller-retour.
Il fait plusieurs arrêts, mais pour se rendre au centre ville il faut aller jusqu'au terminus.
Il va vous déposer en plein centre, c'est à dire ici (on clique sur l'image pour la voir en plus grande) :

Terminus du bus Airlink100 - Navette aéroport-centre
Hébergement :

Côté hébergement, personnellement j'ai voulu faire au moins cher et au mieux localisé. Je suis donc allée en auberge de jeunesse. Pour ceux qui n'ont pas d'enfants, c'est l'auberge idéale (interdit aux moins de 18 ans). J'y suis allée les trois fois et j'en suis totalement satisfaite :

High Street Hostel, 8 Blackfriars Street, , Edinburgh, Scotland. Leur site web : ICI.

Ouvert 24h/24, accueil excellent, petit déjeuner inclus. Il y a un casier qui se ferme à clef dans chaque chambre. Par contre, un petit bémol : les douches sont communes. Les chambres sont très bien chauffées et les bâtiments anciens donnent du charme à l'ensemble. Localisation grandiose, je ne crois pas que l'on peut trouver mieux à ce prix là. 
Ils ont des chambres privées doubles (pour les amoureux), des chambres de 4, 12 et 18 personnes. Mixtes ou non mixtes. 

Chaque lit a un petit nom par exemple dans la chambre Pizza, j'ai eu le lit mushroom. Ma cousine a eu le pineapple ! 
Il y a aussi des activités certains soirs de la semaine, il faut se renseigner sur place.D'ailleurs les personnes à l'accueil sont toujours prêt à vous donner des conseils et des idées de visite.

MAJ : En 2016, l'auberge est toujours bien tenue et le personnel très agréable. Je la recommande.

 Personnellement, je réserve sur Hostels.com : ICI.

L'auberge se situe là, en vert sur le plan (on clique sur le plan) :

En vert, High street Hotel. En rouge le terminus de la navette de l'aéroport.

Les visites :

Sachez déjà que la vieille ville s'organise autour de la High Street. La rue la plus importante de la ville. D'un côté se trouve le château d'Édimbourg et de l'autre le château de la reine. Elle est jalonnée de musées. La ville est organisée autour des "closes" et des "courts". Les "closes" sont des sortes de ruelles permettant d’accéder aux "courts" ou aux rues parallèles. Les "courts" sont des petites cours intérieures à l'écart des rues.

Court
Close






















Maintenant passons aux choses sérieuses : les visites !
Sachez qu'en Écosse les musées sont gratuits ! Du moins pour les nationaux, certains privés et spécifiques sont payants. Mais vous aurez déjà de quoi bien profiter avant de commencer à ouvrir votre porte-monnaie.

Visites guidées :

Visite guidée gratuite :
Il y a des tours gratuits de la ville avec Sandemans Neweurope Edinburgh (réservation en ligne). C'est une visite géniale ! Très intéressante, elle dure deux-trois heures. Les guides sont extras, très gentils. Vous aurez le droit à des anecdotes et beaucoup d'informations très intéressantes. Par contre, la visite se fait en anglais, mais même si vous avez des difficultés avec la langue, je la recommande car le guide vous montre les lieux importants et vous permet de vous repérer dans la ville.
Princess Garden
La visite est gratuite, toutefois il est recommandé de donner un pourboire au guide à la fin de la visite, selon votre bon cœur.

Ghost tour :
Avec le même organisme, j'ai eu l'occasion de faire un Ghost Tour. Aujourd'hui il porte le nom de The Dark Side. Cette visite là est payante (12£), mais je la recommande fortement ! Tout d'abord ce tour se fait... de nuit ! Avec un guide, vous parcourrez la ville sur les sites les plus hantés et les plus flippants de la ville. Vous aurez le droit notamment à une visite nocturne des cimetières. Les guides vous raconteront les histoires de ces lieux, des histoires vraies ! Ce n'est pas pour rien que c'est la ville la plus hantée d’Europe, son Histoire est déjà assez terrifiante comme ça. Ce n'est pas la peine de l'enjoliver, elle regorge d'anecdotes incroyables, sanglantes ou étranges.
Lorsque je l'avais fait, à la fin de la visite ils nous ont payé un verre dans un pub, c'était compris dans le prix. Vu que le tour a un peu changé, je ne sais pas si c'est toujours le cas.

Petit point spécial concernant ces deux visites, le point de départ se situe juste à côté de l'auberge de jeunesse citée plus haut. ;)

MAJ : Ce ghost tour n'existe plus toutefois il en existe d'autre, n'hésitez pas à vous renseigner.

Ensuite, voici les autres lieux à visiter.

Visites gratuites :

Arthur's seat :
Mon gros coup de cœur de la ville ! C'est une colline qui se trouve au bout de la High Street. Il va falloir marcher un peu pour atteindre le sommet mais ça en vaut clairement la peine. Si vous prenez le bon chemin, il vous faudra 20 min pour l'atteindre, dans le cas contraire, il faut environ 1h20 de montées et descentes comme ce fut notre cas ^^'. Je vous recommande de le faire le matin ou le soir pour voir le soleil se lever ou se coucher. La vue est imprenable. 

Vue d'Édimbourg depuis l'Artur's seat

La Calton Hill :
Une petite colline en centre ville où se trouve les fameuses colonnes inachevées. Un site magnifique où il y a aussi une vue très belle de la ville.
D'après la légende, ce serait un lieu où se trouverait un des rares portails menant au monde des Faës.
Le 1er mai à l'occasion de la fête païenne Beltane, de grands feux sont allumés et il s'y déroule une grande fête.

Calton Hill

Old Calton Burial ground :
Un cimetière. Petit mais aux histoires terrifiantes. Pour l'anecdote, la rue qui mène au cimetière le traverse. Celui-ci est coupé en deux (une partie de chaque côté de la rue). La route passe exactement sur une partie du cimetière. Lorsqu'ils ont construit la rue, ils n'ont pas pris la peine de déplacer les tombes, ils ont donc construit au dessus.

Princess Garden :
De très beaux jardins, situés en plein centre ville. Depuis les jardins on a un très bel aperçu du château d'Édimbourg. Il y a aussi de magnifiques cerisiers en fleur au printemps.

Princess Garden

Scott Monument :
Un monument gigantesque en l'honneur de l'écrivain Sir Walter Scott. La pollution a coloré le monument en noir.

Scott monument

St Giles' Cathedral :
Une magnifique Cathédrale. Avec un vitrail représentant une gigantesque licorne. Mais aussi la seule Cathédrale au monde qui a la représentation d'un ange jouant de la cornemuse !
On y trouve aussi un restaurant délicieux, à bon prix et où les locaux vont manger.

Gyles Cathedral angel bagpipe

Greyfriars Cemetery :
LE cimetière à visiter ! De un, il est magnifique, de deux il regorge d'histoires, de trois vous avez la tombe de Tom Riddle (dont s'est inspiré J.K. Rowling), de quatre vous avez la tome de Boddy (un chien dont l'histoire est magnifique) et de cinq vous avez aussi un aperçu de la George Heriot's School.
Greyfriars cemetery


George Heriot's School :
Une école magnifique, qui malheureusement ne peut pas être visitée. Toutefois je vous encourage à passer devant pour l'admirer.

George Heriot's School

Le jardin botanique :
Pour y accéder, vous devrez marchez un peu car il se situe en périphérie de la ville. Mais ça se fait bien à pied. Sur la route vous croiserez de nombreux antiquaires et galeries d'art.
Le jardin est gigantesque et vous pouvez vous y balader plusieurs heures. Il y a des serres tropicales. Et vous êtes assurés de croiser des écureuils !

Jardin botanique
Jardin botanique




















Grassmarket place :
Une place remplie d'histoire où se déroulaient à l'époque les exécutions publiques. Vous y trouverez une belle vue du château mais aussi de très bons restaurants.

Restaurant The last Drop sur Grassmarket
Canongate Kirk :
Une église avec son cimetière. Il a aussi quelques histoires de fantômes à son actif. Très sympathique et beau au printemps avec les cerisiers en fleurs.





Musées :


La ville regorge de musées pour la plupart gratuits. Commençons par le plus important :

Le musée National d'Écosse (National Museum of Scotland) :
Magnifique ! Vous y trouverez de tout : de l'art celtique au T-rex. De plus, il y a de nombreuses activités interactives pour les plus jeunes. Le site : ICI.

Le musée des écrivains (The writer's museum) :
Petit mais intéressant. Connaissant que trop peu les écrivains présentés, je ne suis pas restée longtemps. Toutefois, le musée se trouve dans une "court", ce qui confère de l'originalité au lieu.

The writers museum


Le musée des enfants (Museum of Childhood) :
Il regorge de jouets anciens, notamment plusieurs automates. Très sympathique à visiter.

Le musée des habitants (The People's Story Museum) :
Mon préféré après le musée national d'Écosse. Un musée très très intéressant et beaucoup plus grand que les deux précédents. Au début, il y a notamment toute une partie où l'on compare la vie d'une famille du XVIIIème siècle avec une de notre époque. Très bien fait !

The people's story


La bibliothèque nationale (National Library) : 
On ne peut pas entrer dans la bibliothèque si on n'est pas adhérent, toutefois il y a la possibilité de voir l'exposition qui est très intéressante.

National Library


Pour retrouver les détails et informations de l'ensemble des musées c'est : ICI.


Shopping :

Pour faire le shopping vous avez la Princess Street, avec les boutiques à touristes et les librairies. N'hésitez pas à aller faire un tour dans les rues adjacentes, vous pouvez trouver des magasins intéressants.


Les visites payantes :

Le château d'Édimbourg :
Je ne l'ai pas fait car on m'a dit que c'était principalement un musée. Toutefois, je regrette un peu car j'aurai aimé pouvoir admirer la pierre de la destinée.  
Prix 16£. Le site : ICI.
Adresse : high street

Le château d'Édimbourg

Holyrood Palace (le château de la reine) :
Je ne l'ai pas fait non plus, toutefois on m'en a dit du bien. De plus, il a ses propres histoires de fantômes.
Prix : 11.30£ à 16£. Le site : ICI.
Adresse : High street

Holyrood Palace

The scotch whisky experience :
Musée du whisky avec dégustation. Personnellement, je ne l'ai pas fait à cause du prix.
Prix : 10.50£ à 54£. Attention il faut réserver. Site : ICI.
Adresse : high street

Zoo : Il y a un grand zoo, un peu en extérieur de la ville. La navette de l'aéroport y fait un arrêt.
Site : ICI.

Les festivals : En août, je vous recommande chaudement de venir au moment des festivals ! Il y a énormément de spectacles de rue : magiciens, chanteurs, danseurs, cracheurs de feu, etc.
L'animation est impressionnante et vaut le détour !

The Royal Military Tatto : C'est un spectacle alliant défilés (chevaux, motos...), musique, danses, de régiments militaires venant du monde entier. C'est à couper le souffle ! Le tout est accompagné de projections lumineuses sur la façade du château, de feux d'artifices et un chœur d'enfants pour accompagner les moments les plus touchants.
Si vous êtes sur Édimbourg en août, c'est à ne pas manquer !
Pour les places, je vous conseille les zones à gauches 16-15 et plus. Mais en rangée 15, on a une belle vue. Si possible, évitez la droite car on est obligé de tourner la tête pour voir certaines choses et préférez des sièges assez bas.
Site : ICI.

Les restaurants et cafés :

MAJ : j'ai refait tous ces restaurants en août 2016, ils sont toujours au top ! J'en ajoute quelques uns en plus.

The world's end : Un pub très sympathique. La nourriture y est excellente et les prix sont abordables ! Les portions sont gigantesques. À chaque passage à Édimbourg, je suis allée manger là bas.
Budget : 12£
Adresse : 2-8 High Street
Site : ICI.

Menu St Gyle's Café
St Gyles Cathedral restaurant : Un restaurant se trouvant dans St Gyles Cathedral. On y entre soit par la cathédrale, à l'intérieur il faut aller au sous-sol. Ou il y a une entrée extérieure, pour cela il faut faire le tour du bâtiment, l'entrée se trouve à l'arrière. Les prix sont bas, vous y mangerez de la nourriture traditionnelle écossaise. Vous y trouverez très peu de touristes. La nourriture y est excellente ! 
Le porridge y est très bon.
Budget : 6£
Adresse : St Gyle's Cathedral - High Street
Site : ICI.

Petit déjeuner écossais. Porridge et omelette au saumon














Peter's Yard :
Café pour les locaux. Une très bonne surprise. Aucun touriste, beaucoup de choix dans les pains, pâtisseries et sandwichs. On peut manger sur place.
Budget : 4£
Adresse : Quatermile - 27 Simpson Loan

Petit déjeuner au Peter's Yard

The last drop :
Pub très sympathique qui offre l'un des meilleurs Haggis d'Edimbourg et au prix bas. Excellent !
Budget : 10£
Adresse : Grassmarket place

Saint Gyles Cafe :
Café sympathique pour y déguster un bon chocolat chaud et pâtisseries.
Adresse : 6-8 Saint Giles' Street

Whisky Bar restaurant :
Très bon restaurant avec une très bonne ambiance. La nourriture y est excellente et le soir à partir de 22h il y a des musiciens. Pas cher.
Budget : 12£
Adresse : 119 High Street

 
Live Scottish music
Whisky bar



















The elephant house :
Je n'y suis jamais allée, toutefois c'est dans ce restaurant café que J.K. Rowling a écrit Harry Potter.
Les prix sont un peu plus élevés.



The baked potato shop : Petit restaurant, nourriture à emporter, spécialisé dans les pommes de terre au four garnies de plein de bonnes choses. La liste des garnitures est énorme et est divisée en végétariens et non végétariens. Les quantités sont très larges, c'est délicieux et c'est très prisé des Écossais ! Parfait pour les petits budgets.
Budget : 5£
Adresse : 56 Cockburn Street, Edinburgh

Oink Edinburgh :Restaurant spécialisé en viande de porc. Il sert des sandwichs tout simples mais succulents ! Parfait pour les petits budget. C'est un restaurant très prisé des Écossais.
Budget : 4£
Adresse : 34 Victoria Street, Grassmarket, Edinburgh ou 82 Canongate, Edinburgh

La petite mort : Restaurant un peu plus chic, mais assez abordable et vraiment délicieux. Un peu excentré, le décors est super sympa, avec un petit air de cabinet des curiosités. Service très bon et accueil agréable. 
Budget : 15£
Adresse : 32 Valleyfirld Street, Edinburgh

Mimi's little Bakehouse : Un magnifique petit salon de thé tout mignon et tout joli. L'accueil est top, les pâtisseries succulentes, avec un choix assez impressionnant. On a envie de tout acheter. Ils proposent même des petits-déjeuner délicieux. J'ai testé le tout et je recommande chaudement l'endroit.
Adresse : 250 Canongate, Edinburgh

La nourriture :

Voici une liste des quelques petites choses à tester côté nourriture. Personnellement, je n'ai jamais été déçue. Je suis une curieuse et je teste tout, comme vous allez le voir ci-dessous. Je me suis à chaque fois régalée !


Le cranachan : dessert traditionnel écossais, à base de yahourt, wisky, framboise, miel et flocons d'avoine. C'est délicieux !

Cranachan

Banoffee Pie : dessert traditionnel écossais. Trop trop bon !! Crème avec de la banane et du caramel, le tout sur un lit de biscuit. Délicieux !!!


Banoffee Pie

Beurre de cacahuète :
N'hésitez pas non plus à tester leurs desserts avec du beurre de cacahuète. Il y a d'excellentes surprises comme cette glace. En partant du bas : chocolat, beurre de cacahuète, glace, m&m's, fraises et coulis de chocolat.



Rocky road : Gâteau succulent au chocolat et autres ingrédients surprises ! Celui que j’ai gouté comprenant de la guimauve, des fruits confits et des noix.
La bonne adresse : St Gyle's Cathedral !

Pâtisseries de St Gyle's Cathedral - les rocky road correspondent à la deuxième rangée

Scones : pâtisserie traditionnelle. On peut les trouver natures mais aussi agrémentés de raisins. Délicieux !
(voir photo au dessus, sur la coupelle à droite.)
 

Petit déjeuner traditionnel : vous pouvez vous faire plaisir en prenant un petit déjeuner traditionnel écossais comprenant : du haggis, des tomates grillées, des champignons, du bacon, un oeuf au plat, des haricots rouges, du black pudding (boudin noir) et des tatties scones. Attention de bien choisir le restaurant où l'on vous servira ce gargantuesque petit déjeuner. Pour le coup, nous avons eu quelque chose bas de gamme et on a été un peu déçue.

En dehors du petit-déjeuner traditionnel, vous pouvez aussi manger du porridge, des omelettes au saumon etc. Pour ceux là, je vous recommande la café de la St Gyle's Cathedral. Excellent pour petit prix !

Et pour un petit déjeuner plus européen, je vous recommande le café de Peter's Yards.
 









Haggis :
Incontournable. Très bon mais aussi très épicé. C'est de la panse de brebis farcie. Servie généralement avec une purée de pomme de terre-carotte. Très bon. 
La bonne adresse : The Last Drop pour tester ce plat typique !
Je vous conseille tous les dérivés : escalope-baccon-haggis, hamburger baccon-haggis-boeuf...
(je n'ai pas de photo du haggis du Last Drop, mais c'était succulent !)

Escalope fourrée au haggis entourée de baccon. Délicieux !
Hamburger boeuf-baccon-haggis. Une merveille !




Lamb : de l'agneau. Viande traditionnelle. À tester. 
J'avais essayé en sandwich avec une crème à la menthe. Succulent !

Sandwich Lamb & mint

Boeuf :
De même si vous avez l'occasion de goûter du bœuf des Highland, testez-là. Elle a un goût très prononcée mais elle est délicieuse ! Généralement vous pouvez en profiter en hamburger.

Steak and ale pie : Viande de bœuf marinée dans de la ale (bière) avec de la tourte. Le tout servit avec des frites et des petits pois.
À tester c'est délicieux !

Steak and ale pie
Fish & chip :
Oui, ici aussi c'est un plat courant. Toutefois faites attention les quantités sont monstrueuses ! Toujours servi avec des frites et des petits pois !
(photo piquée sur le net : )

Fish & chips

Cullen Skink : soupe traditionnelle écossaise composée d'une sorte de béchamel ou crème, de harengs fumés, de pommes de terre et oignons. 
Délicieux !
(je n'ai pas pris de photo de celle que l'on a goûté, mais en voici une piochée sur le net :)

Cullen Skink

Saumon fumé :
Si vous avez l'occasion de tester du saumon fumé, sautez sur l'occasion. Généralement c'est du saumon sauvage. Le goût est très fort et sa couleur est grise. Un régal !

Boissons :

Pays du wisky, vous avez amplement le choix.
Vous pouvez aussi tester la boisson très populaire auprès des jeunes : Irn Bru.
Personnellement je n'ai pas vraiment apprécié. J'ai trouvé ça beaucoup trop sucré. Je dirai que ça ressemble à un mélange de coca et de fanta.
IRN-BRU


À savoir :

Heure : Il y a une heure de décalage horaire. Comptez une heure de moins.

Argent :  La monnaie est le livre sterling. Vous pouvez utiliser indifféremment des billets écossais et anglais. Dans les restaurants, attention à ne pas oublier le pourboire. Généralement 15% de la note générale.

Animaux : Sachez que vous êtes susceptibles de croiser des renards et des écureuil dans Édimbourg. J'ai personnellement vu les deux !
Le renard m'est passé entre les jambes lors de mon premier voyage à Édimbourg lorsque je me trouvais devant le château.
L’écureuil je l'ai vu dans le cimetière attenant au Princess Garden. Peu farouche, il s'est approché au point que j'aurai pu le toucher.

The Heart of Midlothian : Un très beau cœur avec un trou au milieu que vous pourrez croiser dans les rues d'Édimbourg. Ne voyez pas là un symbole d'amour éternel. Si vous faites attention, les écossais évitent de marcher dessus et en regardant bien vous remarquerez plein de crachas dessus.
Ils affichent ainsi leur mécontentement contre les autorités, les taxes et les prisons.
À l'époque c'était un lieu de collecte des taxes puis une prison et enfin un lieu d'exécution.

The Heart of Midlothian

Photos : Toutes les photos de l'article (sauf lorsque c'est précisé) ont été prises par mes soins lors de mes voyages en Écosse.



Voilà ! Surtout n'hésitez pas à me contacter si vous avez des interrogations, je me ferai un plaisir d'y répondre. Vous retrouverez prochainement des articles sur d'autres parties de l'Écosse.

J'espère que tout cela vous aidera et vous encouragera à aller faire un tour à Édimbourg ! C'est une ville merveilleuse, les habitants sont très accueillants et la nourriture délicieuse !


BON VOYAGE !


Jeu :

Je vous propose un petit jeu pour ceux qui voudront y aller. Voici quelques images originales que j'ai pu glaner dans la ville. Serez-vous les retrouver ? 

En mémoire de Bobby




La tombe de Tom Riddle






L'ange qui joue de la cornemuse
The Heart of Midlothian


Sin lounge

painting




Cow gate

Witch


Statue